AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 one shot | travaux pratiques (NC -17)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 1690
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 22
Localisation : SEOUL ♥

MessageSujet: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Ven 29 Juin - 19:31

    Auteur : Aikô
    Couple: bang'n zelo
    Genre & raiting : nc dix sept ans ! (ノ゚0゚)ノ~
    Disclaimer : le sourire de bang yong guk m'appartient !
    Note : je sais que les cours sur la reproduction sexuelle. quand on a un esprit yaoiste comme le mien, le résultat peut parfois être à craindre. ça fait tellement longtemps que je n'ai pas écris. ヾ(×× ) ツ ça fait un moment que je voulais faire une histoire avec mes cours de SVT. bon c'est mon troisième lemon donc je pense avoir beaucoup à apprendre encore ! jeune padawan comme je suis, ça m'étonnerait qu'il casse des briques ヽ(。_°)ノ sur ce, bonne lecture
LE CODAGE N'EST PAS DE MOI.

    cela dit merci d'être passé ♥ pardon pour les fautes T^T je reviendrais corriger >< normalement j'ai tooout corrigé ! pardon s'il en reste T^T on ne vous a pas dit ? Zelo est un beau petit emmerdeur ! je l'aime beaucoup, ce n'est pas le sushi ! non le sushi c'est qu'il fait 1M82 en etant de 96 soit la taille de Bang Yong Guk qui est de 90 ! WTFUCK ? ses parents lui ont fait bouffer des ogm ou quoi ? Oô ah oui aussi j'savais pas mais himchan et yong guk ont 6 ANS d'ecart avec Zelo. donc les mettre dans la meme classe tel quel CE N'ETAIT PAS DU TOUT REALISTE, ENVISAGLE. tout a fait improbable ! == du coup j'ai rajeunit de 4 ans himchan et de 2 ans yong guk ..ca les fait quand meme redoublé 2 fois et 4 fois j'dis ca j'dis rien mais c'est fait un peu gros cassos xD j'ai du aussi rétrécir zelo de 12cm pour qu'il aie l'air du uke parfait >< voila et pour finir en beauté mon eternel hors sujet : vous saviez que le mec qui se trouve dans le coffre de la meuf dans going crazy de song jieun bin en fait c'est himchan ! shockant hein xDD bref. uu




>>>>>>Je lance un regard à la pendule qui est suspendue au dessus de l'encadrement de la porte. Deux heures et demi de l'après midi. Attendez ! Il était déjà quatorze heures trente il y a quinze minutes. Ok, les piles sont nazes. Super. Et maintenant je fais comment pour savoir l'heure qu'il est ? Je me réfère au Soleil ? Haha, amusant. Je me penche discrètement vers mon voisin et lui pose l'éternelle question : « Il est quelle heure s'il te plaît ? - Junhong ce n'est pas en regardant le temps toutes les cinq minutes qu'il y ira plus vite. - Quelle heure ? » Mon compagnon de table souffle en remontant sa manche pour dévoiler une jolie ice swatch violette. « 14h56 ! - Voilà, ce n'était pas compliqué ! Merci. - Gnégné. Laisse-moi écouter maintenant. » J'aime bien taquiner Himchan. Étant plus jeune que lui de deux ans, il ne peut rien me refuser. J'en profite. C'est vilain, on me le répète sans cesse. Impossible pour moi de m'en empêcher, il est trop gentil il faut bien qu'il y aie un bizu dans l'histoire. Sinon ça manque de piquant. « Junhong !! - Yep. » Mince. Je n'aurais pas dû. Mr Choi, le professeur de Sciences de la vie et de la Terre, ne m'apprécie pas beaucoup. Il me lance son regard noir habituel et reprend sa leçon. Je ne suis pas intéressé par le chapitre que l'on vient de commencer. La reproduction sexuelle chez l'homme. Chouette ! Je laisse un peu de répit à mon ami avant de revenir à la charge pour lui demander l'heure. En attendant, je joue avec mon crayon, je dessine sur ma feuille de cours, je tourne les pages du manuel. Je m'ennuie. Puis ça rigole dans la classe. Je lève la tête, et voit le professeur sourire de toutes ses dents. Il rit à sa remarque. Encore une allusion foireuse sur les homosexuels. Je les hais. Je reporte mon attention sur les pages de mon livre et l'entend rigoler, lui. Un de ses amis lui chuchote à l'oreille quelque chose de pertinent puisqu'il en sourit pour dévoiler ses dents blanches. À quoi pense-t-il ? C'est frustrant de ne pas le savoir. Lorsque monsieur Choi entame un sujet sensible comme, par exemple, l' « acte », je perçois qu'il me regarde ...enfin j'ai l'impression d'être observé. Résultat j'ai le palpitant qui s'excite sans raison apparente à vitesse grand V et j'ai chaud. Alors je jette toujours un petit coup d’œil au dessus de mon épaule pour le voir. Mais rien. Il ne me regarde pas du tout, il discute avec ses voisins, leur sourit. Ce sourire. J'aimerais qu'il me soit réservé. J'espérais être privilégié, et pouvoir le contempler sous toutes les coutures, de près comme de loin. Mon petit Junhong, on dit que l'espoir fait vivre, seulement toi, il finira par te tuer. Tu es un garçon, lui aussi. Tu espères un miracle ? Bonne chance. C'est alors qu'il se fait interroger. Seuls instants de l'heure où je peux savourer les moindre sonorités de sa voix. Tellement suave, si grave, brisée dans le fond. Douces mélodie à mes oreilles. J'aime ça. Il a une voix érotique, grand Dieu à quoi je pense ? Bang Yongguk reste mon plus gros fantasme de ma vie de lycéen. Ça en devient décevant. Je me tourne vers Himchan pour réitérer ma question. Il me devance et me lit ce que les aiguilles lui indiquent. Je prend une profonde inspiration, je suis lasse. Je trouve la vie trop courte. Est-ce que mourir ça fait mal ? Question existentielle du jour, bonjour. Je pose le problème de la mort à mon ami d'enfance. Il arque un sourcil et me rigole au nez. Il ébouriffe ma tignasse blonde et bouclée. « Pauvre petit incarné qui a encore beaucoup à apprendre. » Je rêve ou … il se moque de moi ? Je lui frappe l'épaule. Il mérite plus mais je n'ai pas de force. J'ai des petits poings, quand je le tape il ne sent rien, il me dit même que ça le chatouille. Je suis faible. La cloque retentit dans les couloirs du bâtiment et les élèves envahissent ces derniers en braillant. Bande de primates. Je sors mon portable pour voir si j'ai des messages. J'ai trois amis. Ah non, ils sont tous de maman. Ce soir je serais seul à la maison jusqu'à dimanche. Je cours vers Himchan pour lui annoncer la nouvelle. Je m'imagine déjà nos soirées : twitter, facebook, Call of. Salut, je m'appelle Zelo et je suis un geek. J’aperçois une tête blonde adossée aux casiers. J'accélère. Cependant, je pile un grand coup dès que je vois à qui il parle. Il lui sourit, il le lui rend. À quoi est-ce qu'il pense ? Je n'aime pas me poser la question. Je respire à pleins poumons et empreinte l'allure du mec sûr de lui. Je fais trois pas et le son de sa voix parvient à peine à mes tympans que je perd toute confiance. La confiance est un sentiment assez éphémère et traite. Il m'abandonne quand j'en ai le plus besoin. Merci l'ami. Tant pis. Je me lance, je n'ai rien à perdre. De toute façon je ne viens pas pour lui, mais Himchan. Donc je le snobe. Oui voilà, il ne le vois pas, je ne l'entends pas, je ne lui parle pas. Il n'existe pas. « Himchan !! Oh tiens, Yongguk-hyung qu'est-ce que tu fiches ici ? » Ok. Gros boulet. J'ai perdu toute ma crédibilité en l'espace de deux secondes. Je suis fichu ! Idiot, idiot, idiot. Il me répond qu'il discute avec mon meilleur ami. Oui évidemment ça paraît logique. Ma question était aussi inutile qu'irréfléchie. Adoptons la méthode autruche … planquons nous six pieds sous terre et faisons nous oublier. Plan B. « Himchan, ce week-end il n'y a personne chez moi. Ça ne te dirait pas de me tenir compagnie ? - Non. » L'art et la manière de faire bref. Merci mec. « Eukay ça s'est fait, suivant. Et sinon tu voudrais pas développer un peu ? - Désolé, j'ai le contrôle de mathématiques à préparer ! - On a un contrôle de maths ?? Quand ? Je ne savais pas, première nouvelle. C'est fou ce que la communication peut passer facilement entre nous. » Yong Guk rigole. Je marque des points. Il s'excuse encore et me laisse en plan. Sympa le copain. Note à moi-même : ne plus jamais rien proposer à cet imbécile d'Himchan. À présent je suis tout seul avec Bang Yong Guk. Deuxième nota bene : tuer Himchan. « Himchan m'a dit que tu avais des soucis en SVT. - C'est fort probable, je n'ai pas reçu mon bulletin, je suis encore dans le suspense. Et vu la dernière interrogation, je pense m'en sortir avec un petit cinq, voire six si le prof était de bonne humeur. - Il m'a proposé de te donner des cours particuliers ! » Qwa ? Mes yeux s'élargissent au fil de ses paroles. C'est une blague ? Hahaha je me marre. … Ce n'est pas drôle. Je commence à rougir. C'est mauvais. Je bute sur mes mots, et dis rien de compréhensible. Il pense que je suis fou. Ça ne fait aucun doute. Il me donne l'heure à laquelle il arrivera chez moi. J'ai du faire un micro coma. J'ai vu toute ma vie défiler devant mes yeux.. brr ce n'était pas beau à voir. Yongguk et moi avons quatre ans de différence. Ce cancre, il a redoublé quatre fois. C'est un mauvais garçon. Il a eu plusieurs altercations avec la police, il a envoyé un élève à l’hôpital, et il a lui même fait un séjour là-bas à cause d'un règlement de compte. En un mot : infréquentable. Et bien sûr il aura fallut que j'en tombe amoureux. Je suis irrécupérable dans mon genre. Je vais chercher mon skateboard dans le hangar du lycée, et file à la maison. L'odeur qui émane des corridors scolaires associée à son charme agressent mes sens. Je rentre.
>>>>>>Je reste sur le pas de la porte et observe ma mère charger la voiture. Je ne l'aide pas. Fils indigne. Elle revient vers moi pour me donner les dernières consignes. « Toutes tes repas sont dans le congélateur, le numéro de téléphone de ma chambre est à côté du téléphone, je garde mon portable sur moi au cas où, si le téléphone sonne tu ne réponds pas, sauf si tu connais l'appelant, tu n'ouvres la porte à personne, tu ne te couches pas trop tard et … - Stop maman ! J'ai dix sept ans ça va, je pense être assez grand, non ?. Je peux me débrouiller tout seul ! Rassure moi, tu n'as pas prévenu la voisine ? - Bin … - Pff allez va-t-en. Tu vas loupé ton avion sinon ! » Je la pousse vers notre voiture. Elle m'embrasse la joue tendrement et me la caresse avec des yeux attendris. Je devine ses pensées. En même temps ce n'est pas trop compliqué. Quand une mère regarde son fils avec un petit sourire et les yeux humidifiés, c'est sûr qu'elle est en train de se refaire toutes les années de sa vie dans sa tête, de ses premiers pas à maintenant en se disant « Comme mon bébé a bien grandi ». Affligeant. Mais je me tais. Elle démarre l'Audi et file en silence. Je m'étire dès que la voiture a disparu de mon champ de vision et rejoins la maison. J'ai à peine le temps de fermer la porte derrière moi que le téléphone sonne. Je cours pour décrocher. Quelle était la première règle de maman ? Ne pas répondre si c'est un numéro inconnu. Ok, c'est loupé pour cette fois. « Âllo ? - Junhong ? ». C'est Yongguk. Il me demande s'il peut venir maintenant. Je lui dis quoi ? Évidemment, viens je t'attends ...oh la non je ne vais pas dire ça. Ça a trop de connotations perverses. Je lui répond un simple « oui » deux fois avant de lui raccrocher au nez. Je monte ranger ma chambre. Soyons présentable, ça vaut mieux.
>>>>>>On frappe une demi heure plus tard. Je ne descend pas tout de suite. Et si j'attendais un peu. Histoire de faire le gars occupé qui se fait attendre. Bonne idée. La sonnette ne fait que retentir dans la maison. Il fait l'amour au bouton ou quoi ? La patience est une vertu, cher ami ! Finalement je descend en vitesse, j'ai trop peur qu'il finisse par défoncer l'entrée. Quand j'ouvre la porte je tombe sur un Bang Yongguk décontracté, sans uniforme. Une veste en jean et un pantalon semblable à la jacket. Un haut blanc et des tennis de la même couleur. Je pense que je ne l'ai jamais trouvé aussi séduisant qu'en habit de civil. Le soleil est encore haut dans le ciel et ne baisse pas en intensité. Je l'invite à entrer avant qu'il ne prenne racine sur le pas de la porte par ma faute. Il admire l'intérieure de la maison, siffle même. C'est moi qui est fait tous l'aménagement de la maison, j'en suis fière. Mais je ne lui dis rien. Restons neutre, même pas de fausse modestie. Je lui propose un verre frais, étant donné la chaleur qui règne à l'extérieur il peut difficilement refuser. Je le lui tends et intentionnellement il me frôle les doigts en le saisissant. Un frisson me parcoure le corps comme une décharge haute tension. Si je m'enflamme pour ça, qu'est-ce que la suite des événements va donner ?.. Mais à quoi je pense ?! Il n'y aura pas de suite. Il est là pour m'aider dans les sciences. On s'installe sous le grand chêne, là où l'ombre veut bien nous protéger de l'étouffante chaleur qui plombe la journée.
>>>>>>Trois quart d'heure passent. On sent que le soleil s'éloigne peu à peu, mais pas assez pour sortir de sous notre arbre. « Est-ce que tu aurais internet ? - Oui à l'étage, suis-moi. » Je l'emmène dans ma chambre et lui présente mon ordinateur. Il me montre quelques documents en relation avec le chapitre des SVT. Je ne comprend rien. Ça me donne une migraine atroce. J'en ai la tête qui tourne. Je pars dans la salle de bain sous les yeux incompris de mon camarade. Je me passe un peu d'eau sur le visage pour me ressaisir. « Est-ce que tout va bien ? » Je le vois adossé au cadrant de la porte avec son air grave de tout les jours. « Ça va, ne t'inquiète pas. C'est juste la chaleur qui ne me réussit pas...j'ai trop chaud ! » Je commence à enlever un par un les boutons de ma chemise dévoilant mon torse imberbe et maigre. J'ai trop chaud pour me sentir gêné devant lui. Et puis j'étouffe, j'ai besoin de respirer. Je sens Yongguk venir près de moi pour me soutenir alors que je commence à tanguer. J'enfouis ma tête dans le creux de son cou et m'enivre de son parfum. Il sent l'homme alors que j'ai l'air d'un enfant blotti à l'intérieur de ses bras musclés. Il me soutient jusqu'à mon lit, et m'allonge doucement. Je me sens partir vers d'autres horizons. Avant que je sombre dans l'inconscient, je lui murmure quelque chose mais je ne sais quoi. Je ne sais plus ce que je dis. Trou noir.
>>>>>>Je me réveille enfin. Je regarde mon réveil, il est sept heures moins vingt du soir. Est-ce que j'ai vraiment dormi autant de temps ? Il doit être parti, je suis déçu. J'ai été nul. On frappe à ma porte. Maman ? Je convie l'inconnu à entrer. Je laisse échapper un « oh » surpris en le voyant pénétrer dans ma chambre. Puis je sens que mes lèvres s'étirent en un sourire à la vue du sien. Il est resté. Je suis content. « Tu es resté tout le temps que je dormais ? - Tu ne te souviens pas, tu m'as demandé de rester. - J'ai fais quoi ? - Juste avant que tu ne t'endormes, tu m'as attrapé le poignet et tu m'as prié de rester à tes côtés. » La honte. J'ai vraiment fais ça ? Qu'est-ce qu'il a pensé sur le coup ? La température avec l'heure est descendue. L'air est plus respirable, je me sens mieux. Je reboutonne ma chemise pour ne pas paraître indécent et lui propose de rester pour manger. Il a quand même veillé sur moi, je ne peux pas le mettre à la porte. On discute tout le reste de la soirée. Je ne pensais pas m'entendre aussi bien avec lui. Il paraît si énigmatique. Froid. Distant. Je-m’en-foutiste aussi. Grave. Il est tout ça. Mais je vois autre chose dans son regard. Quelque chose que seul moi peux comprendre, peux voir. Bang Yongguk tu es à moi. Je suis égoïste. Ce mec fait dix bons centimètres de plus que moi, pèse dix kilogrammes de muscles de plus que moi, et est plus vieux de quatre ans ...rien de tout ça m'empêchera de me l'approprier. Je vendrais corps et âme s'il le faut pour l'avoir. On parle tellement qu'on ne voit pas le temps passer. Enfin, lui ne le voit pas. Moi je le surveille depuis longtemps. Je fais durer nos conversations, je n'ai pas envie qu'il parte. Je suis trop bien avec lui pour m'en séparer maintenant. La fraîcheur de la soirée vient de tomber. L'air frais s'engouffre dans le salon. Je propose à Yongguk de monter à l'étage le temps que je ferme les fenêtres et les volets. Puis je le rejoins dans ma chambre. On reprend notre discussion, puis il me coupe la parole. « Est-ce que maintenant tu comprends mieux la leçon ? - De ? Ah sur la reproduction ? Vaguement. J'ai un peu de mal à retenir les mots, c'est trop scientifique pour moi. - Je propose qu'on passe aux travaux pratiques. - Travaux pr.... » Je le vois se lever pour retirer sa veste en jean dévoilant ces bras musclés. Les miens font vraiment figure de brindille à côté des siens. Après sa veste, c'est au tour de son marcel blanc de faire la connaissance de ma moquette. Le voilà torse nu, devant moi. Intérieurement je m'en mords la lèvres, mais extérieurement je prend un air perdu et choqué. Prenons un air pure et innocent. Ce qui n'est pas du tout le cas, non non. Il revient à mes côtés et avec le pouce et son index, il m'attrape le menton. Je sais ce qu'il veut faire. Je ne lui laisse pas le temps de réagir, je m'empare de ses lèvres moi-même. Je le sens surpris. Je ferme les yeux, lui également. Il demande permission d'entrer. J’entrouvre mes lèvres doucement, il force le passage. Je perçois ses mains qui défont les boutons de ma chemise que j'avais moi-même remis normalement tout à l'heure. Je goûte à son touché sur la peau de mes bras lorsqu'il fait glisser mon haut le long de ceux-ci. Je me redresse pour me mettre à califourchon sur ses jambes et j'agrippe sa nuque pour intensifier notre baiser. Seulement nous sommes à bout de souffle très rapidement. Il rompt alors le pacte qui liait nos lèvres. Il plante ses iris dans les miens et me sourit. Je lui réponds. Je passe une main dans ses cheveux et les empoigne fermement. Je viens lui embrasser la mâchoire, son cou et ses clavicules. Pendant que lui me caresse les omoplates puis descend jusqu'à ma taille. Je l'oblige à s'allonger en basculant mon corps vers l'avant. J'esquinte sa peau par de nombreux baisers en faisant exprès d'y laisser la trace de mon passage et je redessine, du bout des doigts, ses biceps, ses pectoraux et un par un ses abdos. La température de la pièce monte crescendo. J'ai de nouveau chaud mais c'en est agréable. J'aime cette chaleur. Il déboutonne mon jean et demande à l'enlever. Je m’exécute et l'aide à me le retirer. Me voilà en caleçon. Je ne me sens pas gêné, ni rien. Je me sens bien. Je défais aussi le sien mais ne cherche pas à m'en débarrasser. Ma main rampe qu'à l’élastique de son sous-vêtement et s'introduit sous le tissu de ce dernier. Yongguk gonfle son buste sous la stupeur. Je l'ai pris de court. J'attrape son sexe déjà dur. Une bouffée de chaleur me parcourt tout le corps à l'instant même où ma peau touche celle de son membre. Je m'empare de ses lèvres et commence à caresser l'objet de mes nombreux fantasmes qui resteront secret jusque dans la tombe. Je cajole encore quelques minutes son entre jambe avant qu'il ne me prenne le poignet pour me faire rouler sur le côté et se retrouver au dessus. Monsieur n'apprécie apparemment pas d'être dominé. « Si je ne t'avais pas arrêté, je n'aurais jamais tenu la cadence. - Sans blague, monsieur serait sensible ! » Il part à la découverte de mon torse bien moins bâtit que le sien. Il s'attarde sur mes tétons qui se durcissent sur son passage. La sensation qu'il me procure est incroyablement agréable. J'ai des frissons de plaisir à la seconde. Alors qu'il arrive à la chute de mes reins, voilà que la partie la plus intime de mon corps se redresse sous le textile. L'atmosphère de la chambre devient déraisonnable. Presque palpable. Nos peau deviennent moites, et on sue comme jamais alors que nous ne sommes qu'aux préliminaires. On ne tiendra jamais les prolongations à ce rythme. Je demande à mon tortionnaire de remonter pour l'embrasser et lui prier d'ôter son jean. « Je veux te voir complètement nu Junhong. » Dit-il d'une voix érotique et irrésistible. Mais je fais la sourde oreille. Une fois dans le même état vestimentaire que moi, je fais en sorte de me retrouver en position de force. Je balance mes reins d'avant en arrière, nos sexes se frottent entre eux. Je joue avec son excitation. Je lui mords légèrement la lèvre inférieure et lui bécote les deux après. Je passe une main au derrière de sa nuque pour prendre appui. Plusieurs gémissements s’échappent du fond de sa gorge. J'en souris de satisfaction. Il se saisit de mes fesses et les masse. C'est agréable. Il décide de reprendre les rênes. Pour la deuxième fois je me retrouve en position de soumission. « Tu es le uke parfait Junhong. Je m'interdit de penser à toi la journée mais te voir sous cet angle ... il m'est difficile de résister. - N'hésite plus hyung, prends moi. Je veux juste que tu me fasses tien. » Il me regarde avec de grands yeux. Il ne s'attendait pas à une telle répartie de ma part. Il était à cent lieux d'imaginer qu'il était la chose que je désirais le plus au monde après mon bol de chocapics le matin. Yongguk me prend les poignets et me les garde fermement au dessus de la tête. De sa main libre il s'en va à la rencontre de mon membre, désireux de caresses. Il me retire mon tout dernier habit et s'amuse à jouer avec mon intimité. Puis il pénètre un premier doigt en moi. J'en ai un hoquet de surprise. Il attend un peu. Je sens mes boucles se coller à mes tempes, je bouillonne de l'intérieur. Je me cambre lorsque je sens un deuxième doigt s’infiltrer. Il tente de mettre un troisième et entreprend de faire quelques petits cercles. Mon bassin bouge au rythme de ses mouvements. Il sait y faire. Quand il lâche mes mains, je me cramponne à ses larges épaules et ne manque pas de lui planter mes ongles. Un souffle rauque se fait entendre de sa part. Je n'y suis pas allé de main morte. Bien fait. Il enlève son caleçon et nous sommes à présent, tous les deux nus. Il soulève mes cuisses et me regarde avant d'engager quoi que ce soit. Je hoche la tête, il se réjouit que ma réponse soit positive. Il s’immisce enfin en moi. J'ai mal. Il y a comme une douleur au début et une larme apparaît au coin de l’œil. « Ça va ? - Oui-oui ne t'inquiète pas. C'est passé. Ça n'a duré qu'une fraction de seconde. Continue, ne t'arrête pas. » Il m'embrasse et vient se terrer dans le creux de mon cou pour m'y poser un suçon. Tout en apposant sa marque, je sens qu'il donne un premier coup de rein. Deuxième hoquet. J'ouvre les yeux sous ce mouvement de bassin mais les referme aussitôt pour savourer pleinement ce plaisir. Alors qu'il entame de longs et lents va-et-viens en moi, je le surprend à saisir mon érection pour exercer une pression dessus. Je laisse un gémissement se faire entendre, un gémissement qui le fait sourire. Notre ivresse atteint son paroxysme ou presque. Je ne pense pas tenir plus longtemps. Nos baisers se font plus passionnés, lui accélère le tempo. Nos gémissements se transforment en cris. Je perd tous mes sens et dérive du droit chemin. J'ai l'étrange impression de planer. Je franchis un cap de non-retour. Adieu Innocence. Je ne pense pas te regretter. Entre deux coups de reins, je le préviens que je risque de me libérer plus tôt que prévu. « Attends ...ensemble Jun- ensemble. - Hyung, je ... » Trop tard. J'éjacule entre ses doigts, lui ne tarde pas non plus. Je sens qu'il se vide en moi. Les sensations sont extra. Ma vision se trouble, j'ai les yeux qui partent en vrille. Ma respiration se calme doucement, Yongguk me tombe dessus. Exténué et toujours en moi. Je n'ai pas envie pour le momen qu'il se retire. Sa présence en moi me procure trop de bien être pour qu'il me soit confisqué dans l'immédiat. Je passe mes bras autour de sa nuque et lui masse la tête en humant son parfum mélangé à la sueur de nos ébats. Yongguk se redresse et plante son regard dans le mien. Il me remet une mèche rebelle en arrière et me baise le front. « Et maintenant ? Est-ce que tu as compris la leçon ? - J'ai besoin de revoir encore certains points. D'autres manipulations sont à prévoir. »

_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 57
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Sam 30 Juin - 13:49

Je suis heureuse d'être passée aujourd'hui ! Ca fait longtemps que je cherchais un OS Bang/Zelo aussi agréable. Ça me fait plaisir de te lire, surtout que j'imagine bien la scène. Zelo soumis, mais pas tellement.

Et en plus de ça, j'ai bien ris :

''Yongguk et moi avons quatre ans de différence. Ce cancre, il a redoublé quatre fois.''

J'en ai presque eu les larmes aux yeux.

Bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 1690
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 22
Localisation : SEOUL ♥

MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Sam 30 Juin - 14:07

    Psychedelice ~ merci beaucoup ! ça me fait plaisir de savoir que mon one shot t'as rendu heureuse ♥ "je cherchais un OS Bang/Zelo aussi agréable" rooh merci infiniment, je ne sais pas quoi dire :3 vraiment, merci et si en plus tu as ris ..c'est super ~ :)) merci encore et bonne continuation à toi aussi :DD

_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Mar 19 Fév - 12:16

Alors là, j'suis à la limite de m'incliner quand même ** Mais nan, j'le ferais pas !
Ton texte est extra, pas trop long ni trop court, le juste milieu. J'ai beaucoup apprécié l'introduction dans l'histoire avec le cours de SVT, puis aussi les caractères donnés aux personnages.
Il y a juste un truc qui me chagrine, c'est que Zelo est plus grand (physiquement) que Bang je crois. Ca reste à vérifier, mais ce n'est rien de bien important.

Bravo, j'adore :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://four-seasons.skyrock.com/

avatar


Messages : 1690
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 22
Localisation : SEOUL ♥

MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Mar 19 Fév - 16:13

    Haha oui en vrai Zelo est plus grand mais dans l'histoire étant le uke tu vois bin ... il pouvait pas être plus grand que Yongguk alors j'ai inversé xDD
    Et bien merci d'être venue lire, ça me fait super plaisir et si en plus tu as aimé, c'est encore plus cool ! Merci beaucoup :)

_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 13/11/2012
Age : 20
Localisation : France

MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   Mer 13 Mar - 12:18

Je viens juste de le lire et en un mot: extra! Il est bien ecrit et on ne se lasse pas! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé;


MessageSujet: Re: one shot | travaux pratiques (NC -17)   

Revenir en haut Aller en bas
 

one shot | travaux pratiques (NC -17)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOCKB France :: BLOCK B CLUB ! :: Dessines-moi un mouton :: fanfiction-
Sauter vers: