AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 1690
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 22
Localisation : SEOUL ♥

MessageSujet: (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart   Sam 28 Mai - 14:15

    TADAM j'ai enfin terminé mon nouveau one shot ! DAMEDIDIOU il m'aura fait ch*er celui, j'ai eu du mal à terminé de le copier sur l'ordinateur xD .. Déjà hier soir les mots me venaient tout cuits dans le bec et qu'à 23h30 hier, j'étais entrain d'écouter Mozart, j'ai du me passer 6 fois la 40ième symphonie pour mon texte. Pour vous dire ce n'est pas mon keaf mais je devais le faire si je voulais écrire. Et oui je fais des sacrifices pour mes écrits ! Don't worry I'm crazy.

    Titre : Mozart
    Rating : Everybody
    Genre : Deathfic
    Couple : JongKey parce que c'est la vie ♥
    Résumé : Nothing
    Disclamer : Au dernière nouvelle ... Bling Bling m'appartient ! //PAN Par contre pour Key, je ne suis pas sûre. Non il me semble qu'il est à Hyllounette !
    Notes de l'auteur : Cette idée me trottait dans la tête depuis X temps. J'ai enfin réussi à la pondre ! Bigzouille j'en ai eu du mal. Entre Mozart, les MP à répondre, MSN ... Je m'en sors plus. Et puis je suis malade alors faut que je jongle aussi avec les médocs ! D'ailleurs c'est leur de mon efferalgan ! Ensuite bin plus j'y pense et plus je ne suis pas satisfaite. Ca m'énerve, j'ai l'impression d'avoir foiré. éè J'suis trop nulle là, j'ai aucune confiance en moi ! *se pend* Bon c'est pas que je vous raconte ma vie là, mais un peu quand même.


Mozart


Assis sur la chaise, je regardais les couples se former sur la piste de danse. La musique accordée au décor : douce, chaleureuse, chic, belle ect. Des robes somptueuses, des costumes à pas de prix mais charmants. Un buffet copieux, une réception digne de grands aristocrates. Il me semblait être dans un rêve où tout pouvait être parfait, où rien ne pourrait me contrarier. Mais il y avait une impression, une mauvaise impression tout au fond. Cachée, mais tout de même présente. Une sensation de vide sans doute, cela ne pouvait être que ça, sinon quoi d'autre pouvait m'empêcher de sourire alors que le bal battait son plein. Les masques fusaient, les rires éclataient, la musique flottait, les chaussures sur le carrelage claquaient. Et moi, j'étais assis au lieu de prendre par à la fête. Mais que fêtaient ces nobles, et ces bourgeois ? Ils étaient là en mon honneur, mes parents avaient envoyé des invitations à la moitié du pays pour annoncer que j'allais me marier. Ayant une grande influence sur la population et étant le Roi et la Reine du royaume, tous étaient venus. Mais quelque chose me disait qu'il n'était pas là, seulement pour me présenter leurs félicitations, mais surtout pour demander faveurs à mon père. Qu'est-ce que les gens qui avaient beaucoup d'argent pouvaient être égoïstes, et ne penser qu'à leur porte monnaie ! Tout ce qu'ils inspiraient était le dégoût et le mépris.
Mais le pire dans cette histoire, était que je n'étais pas du tout consentant pour cet union, du moins je l'étais mais je ne souhaitais pas me marier avec la personne que mes parents m'avait désigné. Celle qui m'avait été choisie était ingrate, laide et dénuée de toute intelligence. Elle m'inspirait pitié et ignorance. Pourquoi cela devait être elle ? Je ne l'aimais pas, et elle non plus. Nous ne pouvions pas nous supporter. Alors nous mettre ensemble, serait comme demander à un aveugle de voir. C'était seulement impossible. Alors pourquoi insister ? Surtout que ma mère savait pertinemment que j'aimais quelqu'un d'autre. Je n'appartenait qu'à une seule et unique personne. Mais bien évidemment, elle n'était pas présente ce soir. Elle ne faisait pas partie du cercle des riches. Elle était issue de la basse société mais au diable, je n'avais jamais souligné que je voulais m'unir avec quelqu'un possédant des poches pleines d'or et d'argent. Seulement notre union était impossible, du moins elle et moi étions incompatibles. Seulement voilà, je choisissais avec qui je voulais vivre, et surtout qui je voulais aimer. Je m'apprêtais à me lever de mon siège quand j’aperçus à l'autre bout de la salle, sa silhouette gracieuse qui détenait une telle prestance que j'en eus le souffle coupé. Je descendis les marches de l'estrade royale pour la rejoindre. En traversant la piste, les regards se posèrent un à un sur moi et à l'endroit où je me dirigeais. Tu étais là, tu étais enfin là. Mais comment se faisait-il que tu étais parmi les invités ? Tu n'avais ni argent, ni classe sociale pour y être convié. Finalement ces détails m'importaient peu, le principal était que tu sois à mes côtés. Quelle agréable sentiment qu'était de sentir ce vide que j'avais à l'instant se remplir. Tu t'étais trouvé par je ne savais quel miracle, une robe vraiment splendide. Tu étais vraiment prêt à tout pour moi, pour notre amour. Je voulais retirer ton masque pour voir ton visage dans son intégralité, mais tu m'en empêchas en prenant ma main pour m’entraîner sur la piste. Quand sa majesté, le Roi, mon père te vit m’inviter à valser, il me lança une de ses regards noirs. Pourquoi ? Il voulait que je sois amoureux, je l'étais. Il voulait que je choisisse quelqu'un, j'avais choisi. Seulement ce n'était ce qu'il désirait alors il était frustré. Quel plaisir je pris à le faire bouillir de l'intérieur. Les premières notes de la quarantième symphonie de Mozart, artiste incompris mais talentueux de son époque, se firent entendre de la scène où se trouvait l'orchestre. J'engageai le pas, et nous suivîmes la mélodie au gré de la danse. Un sourire illuminait son visage fin et enchantait mon cœur. C'était un rêve pour lui, un conte de fées. Il serait la princesse et moi, le prince. Un idylle parfait, trop parfait. « Où as-tu déniché cette robe ? » lui demandai-je. « Un gens de la haute bourgeoisie, récemment devenu veuf, la vendait pour quelques pièces. Je la lui ai achetée en échange de mon pendentif hérité de ma mère. » me répondit-il. « Mais pourquoi ne m'as-tu pas demandé ? Je t'en aurais fait apporter une, et ça t'aurais permis de conserver ton collier ! » m'exclamai-je. « Cela n'a plus d'importance pour moi, l'important est que j'ai réussi à entrer pour te retrouver. Je mourrais d'envie de te revoir, et n'avais pas la patience d'attendre le lendemain. » Je me retenais de l'embrasser face à cette délicate attention et déclaration. Hélas notre moment de bien être fut de courte durée. A l'instant où la musique se termina, se fut un cri de stupeur qui stoppa tout, la réception comme mon rêve. Un homme, âgé le front dégarni, s'approcha de nous d'un pas rapide, il se posta devant mon partenaire. Ce fut à cet instant que je compris qu'il était la personne à qui, mon aimé avait récupéré la robe. Il lui jeta un regard pareil à ceux d'un assassin. S'il avait eu des armes à la place des yeux, il aurait pu tuer la personne en face de lui. L'homme arracha violemment le masque de ma cavalière, ce qui provoqua la chute de sa perruque. « C'est un homme ! Et un paysans en plus de ça ! » cria-t-il à l'assemblé. L'effet fut sans appel, certains invités commencèrent à cracher sur mon amour, d'autres l'insultèrent. D'où se permettaient-t-ils de crier de tels blasphèmes à l'égard de quelqu'un dont ils ignoraient tout. « Jonghyun !! » m'appela-t-il. « Kibum !! » hurlai-je à mon tour en voyant qu'il était emmené par la garde. « Qu'il soit enfermé. Il paiera sûrement pour cette humiliation envers la famille royale. » déclara mon père, le Roi. « Père ! » ripostai-je en courant vers lui. « Vas-t-en jeune insolent. Tu déshonores ta famille. Je te conseille de te repentir sur le champ ou bien tu ne seras plus des nôtres. » Que je le haïssais. J'en avais suffisamment entendu, je lui tournai le dos et partis dans ma chambre.


Les jours qui suivirent le scandale furent mes jours les plus noirs. En temps normal, j'allais en ville le voir, l'embrasser, le toucher, le prendre. Mais là, rien. Que lui avait-il pris de venir à cette réception ? Que m'avait-il pris de l'accepté ?
Un servant entra dans la chambre, il était le seul à comprendre ma relation avec Kibum, il avait été le seul jusque là à être au courant de ma liaison avec cet homme. Malheureusement aujourd'hui il ne venait pas m'annoncer l'heure du repas, mais la condamnation de l'amour de ma vie. C'en était trop, je le bousculai involontairement et partis en direction de la salle du trône où se trouvait mes parents.
Je poussai violemment les grandes portes qui vinrent se fracasser sur les murs, l'énorme bruit attira les regards. Les courtisans, bourgeois, ministres et seigneurs me dévisageaient et commençaient les messes basses. « Serais-tu venu ton confesser mon fils ? Soit, je ... » commença sa majesté. « Pas le moins du monde. Je suis ici pour vous dire que quoi vous fassiez, je subirai également ! » avertis-je. « Il sera pendu à l'aube pour avoir trompé le Roi et corrompu le Prince. » voilà qu'il se souciait de mon état d'âme, qu'est-ce que je pouvais le détester. « Alors pendez moi avec ! ». Ma décision était prise, personne ne pourrait me faire changer d'avis. « La peste ! ». Je retirai l'alliance que l'on m'avait forcé à porté pour le bal. « Je l'aime ! » La jeune femme qui était soi disant destinée à m'épouser, s'approcha de moi et commença à ricaner « Ne suis-je pas mieux que ce pauvre et insignifiant paysans ? ». Quelle langue de vipère celle ci aussi, je la repoussai et pris d'un air grave « Ôtez vos mains sales de mon épaules et n'envisagez plus jamais de m'adresser la parole sans autorisation. Catin ! ». Elle recula, et manqua de trébucher. « Jonghyun ! » fit ma mère. « Il suffit ! Mon choix est fait. Rendez moi l'homme que j'aime, cet être sensible et fragile que vous avez condamné sans pitié ni réflexion. »

« Kibum regardes moi, souris moi. Parles moi, ne pleures surtout pas. N'était-ce pas ce que tu souhaitais le plus ? Vivre à mes côtés pour l'éternité. Nous allons partir ensemble pour un merveilleux voyage, tu n'auras qu'à fermer les yeux pour ne pas voir le départ. Nous irons là où nul ne pourra nous déranger. Nous vivrons, nous nous aimerons mais dans un autre monde, un autre espace. Bien mieux, bien plus merveilleux que celui que nous nous apprêtons à laisser. Écoutes moi, penses à moi. Tu m'aimes ? Moi je t'aime. Finalement ce sera notre dernière danse ensemble, Mozart aura permis à notre amour, une vie éternelle. »



    Merci beaucoup d'avoir lu malgré la médiocrité de cet one shot. Non sérieusement je perds à chaque fois confiance en moi quand je poste un de mes textes. J'ai le stresse, et ça m'empêche de penser correctement ! .___.
    Enfin je ne vais pas venir me plaindre. Merci beaucoup. See U again everybody
    Bon allez faut que j'aille faire des probabilités maintenant ! ><

_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 357
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 19
Localisation : Là où tu n'es pas muhaha

MessageSujet: Re: (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart   Lun 20 Juin - 20:26

Tu écris merveilleusement bien c'est hallucinant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuhoya.skyrock.com

avatar


Messages : 1690
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 22
Localisation : SEOUL ♥

MessageSujet: Re: (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart   Lun 20 Juin - 20:38

    WOA ! On m'avait encore jamais dit que c'était hallucinant alors je te remercie du fond du coeur ! Ça me touche beaucoup tu sais et puis que tu sois venue aussi lire me fait très plaisir ! Encore merci, je croise les doigts pour que tu lises les autres et me dises ce que tu en penses ! ^^

_______________________


Dernière édition par Aikô le Lun 20 Juin - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 357
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 19
Localisation : Là où tu n'es pas muhaha

MessageSujet: Re: (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart   Lun 20 Juin - 20:40

J'ai lu les autres il faut juste que tu attendes un peu le temps que je poste les commentaires ! =D'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuhoya.skyrock.com


Contenu sponsorisé;


MessageSujet: Re: (one shot - Deathfic → JongKey) Mozart   

Revenir en haut Aller en bas
 

(one shot - Deathfic → JongKey) Mozart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOCKB France :: BLOCK B CLUB ! :: Dessines-moi un mouton :: fanfiction-
Sauter vers: